Accueil > TV > Braquo : Canal+ confirme, Marchal se répète

Braquo : Canal+ confirme, Marchal se répète

braquo

On le sait, la France est une handicapée de la série télé. Elle a su développer son « exception culturelle » à coups de sagas de l’été (« Puissaaaaaaaaaaaance et gloiiiiiiiiiiiiiire« , toujours un plaisir mon cher Herbert), de sitcoms abêtissantes (Jean-Luc Azoulay/Jean-François Porry enfoiré), de séries policières à la papa (Navarro, Julie « Mais ferme bien ta gueule » Lescaut…) et d’adaptations pathétiques (essayer de concurrencer CSI avec RIS, c’est comme tenter le 110 mètres haies en fauteuil roulant). Des formats qui plaisent encore à la sacro-sainte ménagère de moins de 50 ans (désolé m’man, tu les intéresses plus) mais que les autres ont de plus en plus de mal à suivre, élevés en plein air et au bon grain à grands coups de productions américaines autrement plus riches.

4844-braquo-serie-evenement-canal-plus-webMais y a du pognon à se faire avec les séries. Que ce soit TF1 (RIS & co), le service public (« Sur le fil« ), M6 (« Les bleus« ) ou Canal+ (« Scalp« , « La Commune« , « Mafiosa« …), toutes les grandes chaines ont créé leur pôle fiction et tente de tirer leur épingle du jeu. Personnellement, j’appréciais plutôt « P.J. » sur France 2, petite série sans prétention (148 épisodes quand même) qui avait compris que jouer la carte du réalisme et de la proximité était une bonne idée mais tout ça manquait un peu d’envergure.
Comme d’hab, c’est de la chaîne cryptée qu’est venu le salut. Canal+ a une tradition d’avant-gardisme (en reprenant les formats américains certes), de l’argent et des gens qui osent dans ses rangs. Peu étonnant donc de voir depuis quelques années apparaitre à intervalle régulier des créations originales qui, si elles ne sont pas forcément totalement abouties (il manquait à  « La commune » un petit quelque chose en cohérence, « Doom Doom » aurait mérité de durer beaucoup plus longtemps et « Scalp » souffrait peut être d’un casting un peu bancal) avaient le mérite d’essayer des choses et d’avoir de l’ambition.

« Braquo » est donc la dernière création originale de la 4ème chaine et a connu un parcours un peu chaotique. Olivier Marchal (ancien flic aujourd’hui acteur, scénariste et réalisateur – « 36 quai des orfèvres« , « MR73« ) avait proposé une première série à Canal qui finalement l’avait laissée filer sur TF1, cette dernière la délestant de toute sa substance en tentant de l’adapter pour la ménagère. « Flics » a donc débarqué à l’automne 2008 sur la chaine qui rend con après que Marchal s’en est désengagé et annoncé qu’il bossait sur une nouvelle création destinée à Canal.

L’ancien flic a trouvé une formule efficace pour faire son trou dans le cinéma français : un retour au film noir (malheureusement délaissé depuis les années 80), des histoires inspirées de faits réels, une violence froide et toujours des flics qui naviguent à la limite de la légalité. Pas de surprise avec Braquo qu’il a co-écrit avec son complice Frédéric Schoendoerffer (« MR73« , « Truands » – Caubère gueulant « on me beurre pas la raie » reste un de mes plus beaux fous rires au cinéma -, « Agents Secrets« , « Scènes de Crime« ), le duo a appliqué la recette à la lettre.

nicolas-duvauchelle-20070929-318137C’est d’ailleurs à la fois la force et la faiblesse de Braquo. Pour peu qu’on ait suivi un peu les films dans lesquels Marchal est intervenu, on sait ce à quoi on va avoir droit : une équipe de flic de terrain, habituée à frayer avec la voyoucratie à tel point qu’elle en a adopté les façons d’opérer, un officier au bout du rouleau, une hiérarchie couarde et consommatrice de bouc émissaire, des flics très humains, de l’alcool, du sexe et de la violence. Un petit gout de déjà vu donc mais au moins, cette fois, Marchal a réuni une nouvelle équipe (pas que son équipe « habituelle » soit déméritante, au contraire mais un peu de fraîcheur ne fait pas de mal) à qui il a, il faut bien le reconnaitre, distribué le même type de personnages que dans « MR73 » ou « 36 ».
KaroleRocher05_09Bon casting d’ailleurs ! Nicolas Duvauchelle en tête brûlée complètement camée a tout pour s’épanouir dans le genre, Karole Rocher et sa beauté torturée a totalement sa place dans cette équipe de mâles rugueux et Joseph Malerba et ses airs de Michael Chiklis a l’air d’être né pour ça. Quant à Jean-Hugues Anglade (pour qui c’est la première incursion dans un tel registre), après deux épisodes, il lui reste à finir de convaincre. Physiquement, il est au top : barbu, cerné, éteint, il campe a priori un bon chef d’équipe. C’est quand il prend la parole que la crédibilité de son personnage en prend un coup. On retrouve malheureusement encore trop le grand sensible qu’on a l’habitude de le voir jouer, il manque de cynisme, de violence, de cicatrices laissées par la réalité du terrain. Un léger bémol de ce coté là donc mais rien qui n’entache la qualité globale de ce qui promet d’être une très bonne série.

joseph malerbaOlivier Marchal le rappelait lundi dernier dans « Le Grand Journal » sur Canal+ : on loue la qualité de son cinéma pour son réalisme mais son premier souci en tant que scénariste et réalisateur, c’est le spectacle. En cela, il a été bien inspiré de piocher quelques références outre-Atlantique, du coté des furieux de The Shield. Comme la Strike Team de Vic McKey, l’équipe d’Eddy Kaplan (J-H Anglade) est adepte des opérations musclées, du chantage, de l’intimidation, de la cagoule et des gants. Et comme la Strike Team, ils sont prêts à tout pour se protéger les uns les autres, parfois contre eux-mêmes. D’ailleurs, on ne m’enlèvera pas de l’idée que Walter (joué par Joseph Malerba) a en grande partie été inspiré par Vic : trapu, chauve, l’air peu commode, il s’avère être un père de famille attentionné qui doit composer avec la maladie de sa femme (le coup des mômes autistes, ça aurait fait trop), ce qui l’enfonce peu à peu plus profondément dans la merde.

Dans les deux premiers épisodes diffusés (« Max » et « La ligne jaune« ), l’action se concentre quasi-exclusivement autour des problèmes internes de l’équipe et même si on croise quelques truands (« vrais » voyous ou en cols blancs), ils ne sont qu’un accessoire. C’est là qu’un deuxième bémol se profile : il manque à l’histoire de Braquo (jusqu’ici) une autre dimension, plus sale, plus dure, celle des voyous auxquels ils vont bientôt se substituer. Attendons de voir ce que la suite nous réserve…

Enfin, on peut s’interroger sur l’image que Marchal veut donner à ses anti-héros. Super flics abimés par le boulot et le manque de confiance de la hiérarchie ? Fonctionnaires qui abusent de leur autorité ? On a comme souvent l’impression qu’il excuse les débordements de ses anciens collègues, comme si c’était « pas vraiment leur faute ». La fin justifie-t-elle les moyens, peut-on tout faire par amitié ? Avec en plus un petit coté poujadiste concernant l’IGS et la hiérarchie en général. De la vraie série noire, pas moralisatrice (encore heureux) mais peut être un peu complaisante jusqu’ici.

En tout cas, Braquo démarre bien et met en place dans ses deux premiers épisodes un paquet d’éléments explosifs qui promet un joyeux bordel. Bien joué, avec du caractère et un parti pris ambitieux, la série d’Olivier Marchal qui doit sortir en DVD dès début novembre devrait faire le même « carton » que ses films. A juste titre.

Publicités
  1. 27 octobre 2009 à 2:59

    bah j’viens de mater les épisodes 3 et 4 là et ça commence à venir. les deux premiers étaient un peu trop plein à mon gout, tout s’enchainait sans vrai développement sur le long terme mais on y arrive. Le seul truc qui me semble peu crédible c’est les bagnoles, ça envoie du gros 4×4 de la grosse berline. après j’peux guère faire la comparaison avec the shield (j’vais m’y mettre là).
    bref j’demande à voir, mi convaincu mi agacé par les gros gliffhanger de fin d’épisode :).
    sympa l’article d’ailleurs.

  2. Ed'
    6 novembre 2009 à 7:46

    Mais tout est piqué à Julie Lescaut… Kaplan c’était pas un de ces ‘collègues’?

  3. Ed'
    6 novembre 2009 à 7:57

    Me Myself n I :
    bah j’viens de mater les épisodes 3 et 4 là et ça commence à venir. les deux premiers étaient un peu trop plein à mon gout, tout s’enchainait sans vrai développement sur le long terme mais on y arrive.

    c’est le problème d’une série à 8 épisodes et du format Français figé dans le 52min. Pas le temps de poser les personnages plus que ça et faut aussi convaincre le public, donc 1er épisode: trois bouts de sein, des gros flingues et du mort…

    Mais sinon ça reste de loin une très bonne série française… Il semble que l’argent fasse la différence, un épisode = 3x un film de ciné de petit budget…

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :