Accueil > Expo & co > David LaChapelle à l’Hôtel de la monnaie

David LaChapelle à l’Hôtel de la monnaie

davidlachapelleJ’ai profité d’avoir un peu de temps pour aller faire un tour à l’expo David LaChapelle qui se tient depuis le 5 février et jusqu’à la fin du mois à l’Hôtel de la monnaie, sur les quais de Seine, à deux pas d’Odéon. Je ne connaissais le photographe américain que de réputation et quelques photos de lui (beaucoup plus en fait mais je n’en connaissais pas l’auteur), je n’ai toujours pas regardé « Rize » (son documentaire sur le clowning et le krumping) et à vrai dire, j’y allais surtout pour constater la hype.

Sont donc présentées pas loin de 200 photos, réparties par thème, les premières étant constituées de pièces géantes, véritables installations utilisant plusieurs niveaux de profondeur pour la mise en scène. C’est extrêmement tape-à-l’oeil, ostentatoire jusqu’à l’écœurement, superficiel et assumé. Des couleurs hyper saturées, du bling bling à en faire pâlir d’envie une pochette Pen & Pixel, des symboles de l’impérialisme américain, Paris Hilton en mini-jupe sans culotte et mises en scène christique, on frise l’indigestion. Au moins, on s’amuse beaucoup à examiner chaque détail des créations de LaChapelle, il y a toujours un petit détail amusant, décalé et résolument politiquement incorrect qui émerge d’un coin ou l’autre. De là à dire que ça m’épate (si on excepte que LaChapelle trouve plus amusant de reconstituer ses accessoires en vrai plutôt que par ordinateur), il y a un pas que je ne franchirai pas. C’est dans ces moments là que je ressens une vague identité française, surtout comparée avec cette vision de cette partie de l’Amérique…

david-lachapelle

artwork_images_424157556_493433_david-lachapelleCeci étant dit, la première salle propose quatre reproductions de billets en très grande taille, couleurs inversées. Le billet de 1$, version rose et violet, m’a totalement fasciné, à la manière des oeuvres de Dali qui m’avaient énormément marqué quand je les ai vues petit : de près, George Washington abore le même regard neutre, limite hagard que sur les billets originaux mais à 4 ou 5 mètres, ses yeux changent pour un regard quasi-diabolique. Hypnotisant (même si la symbolique est un peu facile). Dommage que ces pièces soient trop récentes, elles ne sont pas encore disponibles en reproductions.

angelina-jolieLa suite de la visite nous plonge dans les années 80 (image presque lomographiée, costumes et modèles croquignolets, look et décors d’époque) avant d’offrir ses dernières salles aux collaborations du photographe avec le monde artistiques et des paillettes. On croise donc sur les murs Madonna, Amanda Lepore (sa muse transsexuelle, sorte d’Amanda Lear siliconée à outrance), Lil Kim, Paris Hilton bien sur (sa nouvelle muse, tout à fait raccord avec la vision artistique de LaChapelle), Angelina Jolie (dans une pose suggestives à tomber), Britney Spears et beaucoup d’autres.
Le disciple d’Andy Warhol (qui lui a offert son premier job chez Interview) s’amuse à mettre en scène ses modèles, toujours de façon aussi provocante et bariolée. C’est surement parce que la plupart des pièces présentées font aujourd’hui partie de l’inconscient collectif pop mais c’est aussi la partie que j’ai préféré de l’exposition, LaChapelle abandonnant (ou mettant en sourdine) ses allégories lourdingues pour sublimer ses modèles.

artwork_images_424065188_452567_david-lachapelleVisite instructive donc, j’ai maintenant un avis global sur le boulot de celui qui était l’homme à suivre selon le Time en 2000 : un goût pour la scénographie qui a le mérite de susciter une réaction assez épidermique, un oeil précis, une adulation du superficiel façon nouveau riche assez écoeurante mais aussi un vrai travail sur la couleur qui est assez passionnant. Je ne rejoindrai donc pas les fans mais j’aurais au moins appris à reconnaître son travail et peut être y puisé une certaine inspiration.

Publicités
Catégories :Expo & co Étiquettes : , ,
  1. 22 décembre 2010 à 3:14

    J’étias aussi allé voir, et j ai pas l’impression d’avoir vu 200 photos dans 4 pauvres salles…
    Un peu sceptique quoi

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :