Accueil > Musique > Ebony & Ivory

Ebony & Ivory

folder

Je les aime bien les Whites. Jack est un sacré bonhomme, je suis très client de ce que la musique devient quand il s’en approche. Ce n’est malheureusement pas toujours le cas quand d’autres s’approprient la sienne, en témoignent les meuglements des supporters et autres démoulés trop chauds en tenue des fêtes de Bayonne, massacrant sans complexe la basse du « 7 Nation Army » des White Stripes. Et comme ils sont nombreux ceux qui n’ont pas percuté ce qu’ils chantaient, un petit rappel n’est jamais inutile, surtout que le morceau dépote :

On sait Jack White pas frileux niveau collaboration, comme lorsqu’il a assuré Alicia Keys le générique du dernier James Bond (et j’ai envie de dire, dommage qu’Alicia vienne « gâcher » le morceau) :

Bref, mélanger les genres, ça lui fait pas peur à Jack… et visiblement c’est la même chose pour Adrian Champion qui, à la manière d’un DJ Zebra en France, s’est amusé à blender des classiques rap US avec la musique des White Stripes. On citera donc « Simon Says » de Pharaohe Monch, « Ante Up » de MOP, « Ms. Fat Booty » de Mos Def, le fameux « Ether » de Nas (malheureusement la version est clean), « Runnin’ (From The Police) » de Biggie ou l’excellent « B.O.B. » d’Outkast qui ouvre la compile, fusionnant cette fois avec « Blue Orchid » :

En un mot comme en 100, c’est super bien foutu mais tout n’est pas du même niveau. « Icky Says » prolonge bien l’entrée de « Bombs Over Orchid« , on remue toujours la tête sur « Ante Up » même si la petite guitare lancinante n’atteint pas la violence de la prod originale, « Turn It Up » colle bien à la nonchalence de Kanye West, on retrouve l’espièglerie de l’originale sur « Ms. Doorbell » où Jack ponctue les couplets de Mos comme s’il le backait sur scène, « Dangerous Love » ou « Tha Countdown Blues » qui ont l’efficacité des l’originales , « Got Yourself A Cannon » rendrait presque Jay-Z vicieux (un riff de gratte nerveux et les cymbales de Meg la cogneuse, pour un des meilleurs titres de la compile) :

Moins d’inspiration en revanche pour « Cash Run » (heureusement sauvé par les énormes couplets de Biggie), « One More Corner » un peu poussif, « Fucking Apples » qui rend le génial « I Don’t Give A Fuck » d’Eminem pénible, « Jolene’s Ether » qui nous fait regretter l’arrivée de la voix de Nas tant la reprise de Dolly Parton était parfaite :

Du très bon boulot donc qui a en plus l’avantage d’être gratos et riche en goodies : en plus de la version vocal, Adrian Champion offre également toutes les instrus, la pochette et un wallpaper qui orne déjà mon propre bureau. Foncez donc sur http://www.starsandstripesproject.com/, ça réveille.

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :